Comment se faire financer des cours d’anglais ?

cours d'anglais

Les formations en langues étrangères requièrent un investissement non négligeable. Heureusement, il existe actuellement plusieurs solutions de financement qui permettent d’alléger les charges. Certains organismes peuvent d’ailleurs prendre en charge la totalité des dépenses à condition de choisir une formation agréée. Comment peut-on trouver un moyen de financement de formation d’anglais ?

Le CPF ou Compte Personnel de Formation

Le CPF a remplacé le DIF. Il peut prendre en main le financement de formation d’anglais : une partie ou la totalité des frais engagés. Pour les salariés, ils doivent contribuer au versement d’une cotisation annuelle allant de 500 à 800 euros plafonnée à 5 000 ou 8 000 euros selon la catégorie professionnelle. Pour en bénéficier, il faut choisir une formation pouvant être financée par le CPF.

Grâce à votre CPF, vous pouvez donc vous former tout au long de votre carrière professionnelle et l’utiliser quand vous le souhaitez. De plus, si les cours sont effectués en dehors des horaires de travail, vous n’avez pas besoin d’informer votre employeur. Dans le cas contraire, il faut son accord par écrit.

Le CPF est aussi ouvert aux demandeurs d’emploi. Dans ce cas, il faut vous adresser à Pôle Emploi. Pour cela, contactez votre conseiller et faites-lui part de votre projet. Il faut néanmoins trouver les bons arguments pour le convaincre. Par exemple, vous souhaitez postuler pour un travail qui nécessite une bonne connaissance de l’anglais. Par conséquent, la voie de la formation est incontournable. Il faut également lui envoyer le devis de la formation. Après avoir reçu le feu vert, vous pouvez commencer la formation.

L’AIF : pour les demandeurs d’emploi

L’AIF ou Aide Individuelle à la Formation est aussi un dispositif contribuant au financement de formation d’anglais. En effet, elle est accordée par Pôle Emploi aux demandeurs d’emploi souhaitant apprendre l’anglais. Ils perçoivent un chèque formation et un chèque 2e chance afin de profiter d’une formation qualifiante. Néanmoins, pour bénéficier du premier chèque, il faut être au chômage depuis plus de 2 ans et en situation d’échec scolaire.

Le second chèque complète les formations qui ne sont pas couvertes par la collectivité publique régionale. Celui-ci vise principalement les jeunes entre 16 et 25 ans afin de faciliter l’insertion professionnelle. Il s’agit donc d’un excellent moyen pour financer ses études et enrichir ses connaissances sans faire exploser les dépenses.

On tient à noter que l’AIF est accordé à tous les demandeurs d’emploi, quelles que soient leurs catégories, à condition qu’ils soient inscrits au Pôle Emploi. Les formations à distance sont également éligibles à ce dispositif.

Le FAF : pour les libéraux et les autoentrepreneurs

Les autoentrepreneurs et les travailleurs libéraux peuvent également bénéficier d’un financement de formation d’anglais grâce au FAF ou Fonds d’assurance formation à condition qu’ils aient payé la CFP. Cependant, l’organisme habilité varie selon la nature de l’activité. Il faut donc se baser sur le code NAF ou code APE.

Ceux qui exercent une activité commerciale, industrielle ou des prestations de services sont reliés à l’Agefice. En revanche, dans le cadre d’une activité libérale, le micro-entrepreneur sera rattaché au FAF des professionnels libéraux : le FIF-PL. Pour une activité artisanale, il faut s’adresser au FAFCEA.

Pour faire la demande de prise en charge, il faut se munir d’une attestation de paiement de la CFP qui est fournie par l’Urssaf. Ensuite, le candidat doit déposer sa demande de prise en charge auprès du FAF rattaché à son activité. Il est recommandé de s’y prendre plusieurs mois à l’avance, car la réponse peut aller de 1 à 4 mois. Dans le cas où le bénéficiaire souhaite suivre plusieurs formations, il faut établir plusieurs demandes.

Faites attention ! Les demandes déposées hors délais sont refusées systématiquement.

Qu’est-ce que le Conseil RH ?
En quoi consiste le métier de saisonniers agricoles ?